logo

Aston Villa - Liverpool (7-2), Liverpool s’effondre à Aston Villa

Sun 04 October 2020 | 20:26

Tout comme MU, Liverpool a connu un dimanche sombre. Le champion d’Angleterre s’est incliné avec 7 buts encaissés sur le terrain de Villa.

Décidément, les géants du Nord d’Ouest d’Angleterre ont connu un dimanche cauchemardesque. Après Man United, étrillé par Tottenham, c’est Liverpool qui a bu la tasse. A la surprise générale, les Merseysiders ont essuyé une gifle colossale à Villa Park face à Aston Villa avec sept buts pris. Ce qui ne leur était plus arrivé en championnat depuis avril 1963.

Les champions d’Angleterre ont souffert d’un bout à l’autre du match. Totalement méconnaissables, ils ont laissé leurs opposants les punir à chaque offensive. Au bout d’une mi-temps, ils étaient déjà menés par trois buts d’écart (1-4). Ollie Watkins a été le principal bourreau des Reds avec un triplé réussi. L’autre réalisation a été l’œuvre de John McGinn. Salah a réduit le score à la 33e, mais ce fut une éclaircie sans suite.

Des Reds sans réaction

La deuxième période n’a pas été beaucoup meilleure pour les visiteurs. Ils ont poursuivi dans leurs errements, et Villa ne s’est pas gênée pour enfoncer le clou. L’excellent Jack Grealish a fait apprécier ses qualités en phase offensive. Il a d’abord offert un assist à Ross Barkley, avant de marquer lui-même à deux reprises. Malgré les changements effectués par Jurgen Klopp, Liverpool n’est pas parvenu à se redresser. Salah a limité la casse, mais l’addition est restée malgré tout très lourde. Aucun champion d’Angleterre en titre n’en avait connu d’aussi embarrassante depuis Arsenal en…1953.

Alors qu’ils croyaient être partis pour une autre campagne époustouflante et en prenant de vitesse tous ses rivaux pour le Graal, Liverpool vient donc de chuter de son piédestal et de façon aussi soudaine que douloureuse. Cela servira de piqure de rappel, et les amènera à se remettre en question dans le meilleur des cas. L’autre probabilité c’est que ça soit le début de la fin après plusieurs années de progression constante. Mais ça ni les joueurs, ni l’entraineur, ni les fans ne veulent y croire.


source: SportMob
Nouvelles connexes