logo

OL, Marcelo : "Il faut penser grand"

Tue 11 August 2020 | 9:40

Le défenseur brésilien croit en son équipe et estime qu'elle a les armes pour remporter la Ligue des champions cette saison.

L'Olympique Lyonnais le sait, s'il veut être européen la saison prochaine, il n'y a qu'un seul moyen : remporter la Ligue des champions. Pas une mince affaire pour les Gones qui ont éliminé la Juventus en huitième de finale, et qui seront opposés à Manchester City lors du Final 8 à Lisbonne. Dans une interview accordée à France Football, Marcelo s'est montré ambitieux et confiant quant aux chances de l'Olympique Lyonnais de réaliser un exploit sans précédent sur la scène européenne et de décrocher le titre en Ligue des champions.

Manchester City pas si confiant avant Lyon ?

"On est condamnés à gagner la C1 pour être européens ? Mais on peut gagner la Ligue des champions ! Si on n'y croyais pas, on ne disputerait pas le tournoi. On pense à aller le plus loin possible. Le plus loin, c'est la finale, pour y disputer le titre. On sait que ce sera difficile, mais, dans nos têtes, dans nos coeurs, on y croit. Il faut penser grand et ne pas se fixer de limites (...) Je rêve de jouer la finale et d'être champion. Peu importe l'adversaire...", a avancé Marcelo.

Marcelo n'est pas revanchard

"On a déjà affronté Manchester City la saison dernière et on avait eu de bons résultats. On les respecte, mais on n'a pas à en avoir peur. Il faudra les regarder dans les yeux, comme face au PSG, comme face à la Juventus. C'est une Ligue des champions un peu particulière qui se joue sur un match, donc vous pouvez être certain qu'on va entrer sur le terrain pour chercher la victoire. On est confiants. Avoir peur de Ronaldo, Neymar et les autres ? C'est pour ce genre de matches qu'on fait ce métier. Il n'y a pas de quoi avoir peur. Ce sont des êtres humains, non ? Ils ont deux jambes et deux bras", a ajouté le défenseur central de l'OL.

Lyon - Aulas : "J'ai vécu un grand moment"

Marcelo est revenu sur son sauvetage héroïque et décisif sur Bernardeschi, presque sur la ligne, face à la Juventus, vendredi soir : "Mon sauvetage sur Bernadeschi ? C'est un moment important du match. Ça fait du bien à l'équipe car ce n'était pas le moment de prendre un but, surtout après un tel slalom. Pour un défenseur, c'est toujours agréable de réaliser ce genre de sauvetages. C'est un peu comme si j'avais marqué un but ! C'est un geste décisif, mais il ne faut pas oublier celui d'Anthony Lopes sur le coup franc de Ronaldo, ou les retours défensifs des milieux et des attaquants. Tout le monde a participé. Tout le monde a aidé l'équipe. C'est primordial. On a su se montrer solidaires et c'est ce qui a fait la différence".

"Une revanche après les critiques des Ultras ? Non, je ne le vois pas comme ça. J'ai toujours essayé de donner le maximum et de travailler dans la sérénité. Je n'ai jamais vu un seul joueur du monde ne pas être critiqué. Je n'ai jamais vu un seul joueur au monde ne pas commettre d'erreurs. Même les plus grands ont commis des erreurs. Pourquoi n'aurais-je pas le droit d'en faire ? Le plus important, c'était surtout de remonter la pente et de garder la tête froide. Il fallait avoir du mental pour garder une certaine stabilité et poursuivre ma carrière dans de bonnes conditions. J'en suis fier. Mais je ne vois pas ça comme une revanche. Cela fait partie de la vie", a conclu le Brésilien.


source: SportMob