logo
My Profile

Infantino : "Nous pouvons réformer le football mondial"

Mon 23 March 2020 | 9:46

Le président de la FIFA estime que le football devra attendre que la situation s'améliore avant de reprendre. Et envisage des réformes importantes.

Gianni Infantino s'est confié ce lundi dans une interview à la Gazetta dello Sport alors que le football mondial est à l'arrêt en raison de la pandémie de coronavirus. Il en a également profité pour laisser entendre qu'il envisageait de mener à bien plusieurs réformes de son sport.

Ligue 1 - Caïazzo : Une reprise "au mieux le 15 juin"

"Nous recommencerons à jouer quand nous le pourrons sans mettre en danger la santé de qui que ce soit, a-t-il affirmé. Rien ne dit que ce sera en avril ou mai. Les fédérations et les ligues sont prêtes à suivre les recommandations des gouvernements et de l’OMS."

Si les divers championnats devaient se poursuivre au-delà du 30 juin - comme c'est notamment envisagé pour la Ligue 1 - cela poserait la question des joueurs en fin de contrat en fin de saison. "Il faut penser à des changements temporaires et à des dérogations sur les règlements du statut des joueurs et des transferts, poursuit l'intéressé.

"Pour protéger les contrats et ajuster les périodes d’inscription. Des mesures dures sont nécessaires. Mais il n’y a pas le choix. Nous devrons tous faire des sacrifices."

L'occasion de réformes profondes ?

Dans le même temps, celui qui a pris la succession de Sepp Blatter en 2016 estime que le moment sera bien choisi de mener plusieurs réformes quand le football pourra reprendre ses droits. Tout en précisant que le report de l'Euro à 2021 entraînerait à son tour le report de la première édition du Mondial des clubs, sans qu'il ne soit question de l'annuler.

"Oui, le football est en danger de récession, a-t-il admis. Une évaluation de l’impact économique mondial est nécessaire. Nous ne savons pas quand tout reviendra à la normale.

"Mais regardons les opportunités. Nous pouvons peut-être réformer le football mondial en prenant du recul. Avec différents formats. Moins de compétitions mais plus intéressantes. Peut-être moins d’équipes, mais un meilleur équilibre. Moins de matchs pour protéger la santé des joueurs, mais des rencontres plus compétitives. Ce n’est pas de la science-fiction, parlons-en."


source: SportMob