logo

OL - Le classement, les critiques, Jean-Michel Aulas... Rudi Garcia se livre

Mon 24 February 2020 | 15:35

Dans un entretien accordé à France Football, Rudi Garcia s'est confié sur les sujets brûlants le concernant.

Arrivé à l'Olympique Lyonnais en cours de saison pour remplacer un Sylvinho à la dérive, Rudi Garcia peine à faire remonter la pente à son équipe. Particulièrement discuté par les supporters, qui n'étaient déjà pas favorables à son arrivée, l'ancien du LOSC, de l'OM et de l'AS Roma s'apprête à vivre la semaine la plus charnière depuis son arrivée dans le Rhône. Et pour cause, mercredi soir, les Gones affrontent la Juventus en 8es de finale aller de C1, avant de recevoir l'AS Saint-Etienne, dimanche soir. 

Alors que ces deux rendez-vous cruciaux se profilent, l'entraîneur lyonnais a accordé un entretien au média France Football. L'occasion pour lui de se confier sur le manque de considération dont il fait l'objet, sur ses objectifs à l'OL mais aussi sur sa relation avec son président Jean-Michel Aulas. 

"Moi, aujourd'hui, j'ai le cuir épais"

Tout d'abord, Rudi Garcia a admis que le classement actuel de son équipe (7e) est totalement insuffisant. "Ce n'est pas acceptable. Ce classement n'est pas en rapport avec les ambitions du club. Quand on a un tel retard, on ne peut revenir qu'avec de la constance et de la régularité. Les joueurs le savent. Mais il ne faut plus traîner en route. Des grosses échéances nous attendent avec deux confrontations contre la Juventus et deux contre Paris qui vont réclamer de l'énergie", a estimé le technicien. 

Critiqué, le Français estime avoir l'expérience nécessaire pour résister au déchaînement médiatique dont il est parfois la cible, mais reconnaît que plus les années passent, moins il est facile d'être exposé. Surtout en France. "C'est la société qui est comme ça, pas seulement le football. On le voit tous les jours avec des hommes politiques, des patrons de grandes boîtes... Je ne vais pas faire le vieux combattant, mais le monde médiatique actuel est très particulier. Tout le monde peut s'improviser journaliste sans en avoir les compétences et porter un jugement en tapant sur son téléphone. Il y a des choses qui peuvent être blessantes pour la famille. Moi, aujourd'hui, j'ai le cuir épais. Quand tu as entraîné à Rome, tu peux entraîner partout", a déclaré l'entraîneur de l'OL, qui apprécie travailler sous la houlette du président Aulas. 

"Le changement (par rapport à Marseille), c'est la communication du président. Jacques-Henri Eyraud est un homme de grande qualité mais avec moins d'expérience que Jean-Michel Aulas (...). De l'extérieur, tu peux penser qu'il est omniprésent, mais pas du tout. Il a l'intelligence de ne pas être intrusif. En revanche, c'est un expert en management. Quand tu lui donnes les infos, il est capable de te donner un conseil qui te sera super utile. Il possède une expérience de sage. C'est aussi simple que ça."


source: SportMob
Nouvelles connexes