logo

PSG, Nasser al-Khelaïfi : "Les accusations de corruption ont été abandonnées"

Mon 19 January 1970 | 7:30

Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, inculpé par la justice suisse pour corruption, a réagi via un communiqué.

La justice suisse a communiqué ce jeudi 20 février sur l'inculpation du président du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaïfi et de l'ancien numéro deux de la Fifa, Jérôme Valcke, dans une affaire de corruption. Le cacique parisien a réagi via un communiqué clarifiant sa position dans cette affaire :

PSG, Nasser Al-Khelaïfi inculpé par la justice suisse pour corruption

"Après une enquête exhaustive de trois ans, où j'ai coopéré pleinement et ouvertement avec le procureur suisse, je me réjouis que toutes les accusations de corruption dans le cadre des Coupes du monde 2026 et 2030 aient été abandonnées. Comme je l'ai dit avec véhémence et à maintes reprises pendant trois ans, les accusations n'ont - et n'ont jamais eu - aucune base, que ce soit en fait ou en droit. Il est désormais - enfin - incontestable que les accords de 2026 et 2030 ont été négociés sans lien de dépendance et sans aucune influence indue sous quelque forme que ce soit. Après un examen public, privé et légal de toutes mes transactions, j'ai été libéré de tout soupçon de corruption et l'affaire a été classée définitivement.

Bien qu'une charge technique secondaire reste en suspens, je m'attends à ce que cela soit prouvé sans fondement et sans aucune substance, de la même manière que pour le cas principal.

Bien que j'aie coopéré avec toutes les autorités au cours de la procédure judiciaire, l'enquête de trois ans a été caractérisée par des fuites constantes, des informations erronées et un programme apparemment implacable pour salir ma réputation dans les médias - indépendamment des faits et de la notion de procédure régulière. Pour cette raison, j'ai demandé aux autorités suisses compétentes d'ouvrir une enquête pénale sur la conduite de l'enquête. Je me réserve également le droit de prendre des mesures contre certains médias qui, pendant trois ans, ont publié à plusieurs reprises des articles non étayés par des faits et très préjudiciables, souvent basés sur des sources d'origine illégale et - tout à fait remarquable dans certains cas - des documents truqués et fabriqués, pour satisfaire leur récit de ma supposée culpabilité".


source: SportMob
Nouvelles connexes