logo

Dortmund-PSG (2-1) : Neymar, un éclair dans la grisaille

Wed 19 February 2020 | 7:37

Pour son premier match depuis 17 jours et sa blessure aux côtes, Neymar n'a pas survolé les débats même s'il a marqué un but important ce mardi.

"S'il joue, ça change presque tout pour nous." La veille, en conférence de presse, Thomas Tuchel nous avait mis l'eau à la bouche en annonçant le retour de Neymar 17 jours après sa blessure aux côtes contre Montpellier. Restait à savoir où il allait jouer. L'entraîneur a tranché pour l'aile gauche, dans un 3-4-3 surprenant, où le Brésilien était logiquement libéré de certaines tâches défensives dans un match à très haute intensité.

Comme on pouvait l'imaginer, Neymar ne s'est pas seulement cantonné à son travail de côté. Souvent dans l'axe, proche de Kylian Mbappé, il n'a pas montré de signe apparent de douleurs. Mais alors qu'on l'attendait par ses dribbles et sa vitesse de percussion balle au pied, il n'a pas toujours fait les bons choix. Bilan à la pause : 41 ballons touchés, 18 passes dans le camp adverse et 2 tirs non-cadrés. Insuffisant pour sublimer son équipe.

Un tir envoyé au médical

Sur le pré toute la rencontre, il a quand même été le plus remuant des trois de devant malgré l'agressivité mise par le BVB à chaque perte de balle. Il a tenté de porter un PSG bousculé puis mené sur un but d'Erling Haaland (1-0, 69e). Un PSG dans lequel Angel Di Maria - entre autres - a été inexistant.

Sa relation technique avec Mbappé, pourtant très attendue, s'est elle faite attendre. Les deux hommes ont longtemps eu du mal à se trouver avant que le n°10 ne pousse dans le but vide un bon ballon offert par son compère pour le but de l'égalisation (1-1, 75e). Un but à l'extérieur qui pourrait compter au retour, le 11 mars au Parc des Princes, d'autant que l'intenable Haaland a permis au BVB de l'emporter en signant un doublé (2-1, 77e).

Neymar, lui, n'aura pas tout changé, contrairement à ce qu'avait pu annoncer son coach. Il aurait pu marquer un second but en fin de match, touchant le poteau (81e), mais a lui-même confirmé après la rencontre à RMC Sport qu'il n'était pas à 100%. L'occasion d'envoyer un tir au PSG et au médical : "Ce n'était pas mon choix de ne pas jouer les derniers matches. Je voulais jouer, je me sentais bien. le club a eu peur et c'est moi qui en souffre", a-t-il dit. Un patron en reprise et déçu, dont le Champion de France aura nécessairement besoin lors du deuxième acte pour inverser la tendance et se qualifier. Et cette fois, toute l'équipe devra suivre.

Benjamin Quarez, au Signal Iduna Park (Dortmund).


source: SportMob