logo

Moussa Marega : "Je me suis senti comme une m****"

Mon 17 February 2020 | 18:42

L’attaquant de Porto, Moussa Marega, a réagi ce lundi aux insultes racistes dont il a été victime la veille du match opposant son équipe à Guimaraes.

Moussa Maréga s’est fait remarquer dimanche soir en quittant la pelouse en plein match à cause des insultes racistes du public. Touché par ces attaques, il a choisi de ne pas poursuivre le match. Une initiative unanimement saluée, et qui a aussi fait beaucoup réagir dans les médias.

Marega quitte le terrain après des chants racistes

Ce lundi, Marega était l’invité de l’émission Team Duga sur RMC Sport, il est alors revenu sur ce condamnable incident, faisant part de ses sentiments. « Hier, je me suis vraiment senti comme une m****. C'était vraiment une grosse humiliation, ça m'a vraiment touché, a-t-il d’abord confié. Mais après, je suis rentré chez moi et du moment que j’ai revu mon fils, ça m’a redonné le sourire. Et avec tous les messages de soutien que j’ai reçus, ça donne une force incroyable. Je tiens à remercier ceux qui m’ont soutenu. »

L’attaquant malien a ensuite expliqué pourquoi il lui était impossible de continuer le match : « C’était inconcevable de rester. Et ça a commencé dès le début. Quand c’est 2,3 personnes, on s’en fout mais quand c’est le stade entier, ce n’est pas possible. On ne peut pas rester comme ça alors que les gens se moquent de vous. Et jamais je n’aurais imaginé que cela vienne du public de Guimaraes, alors que j’ai joué pour eux. Et quand j’ai rejoint Porto, je ne célébrais pas mes buts contre eux. Je ne savais pas que ce club avait des imbéciles. »

« La réaction du président de Guimaraes ? C’est bête »

Marega s’est aussi attardé sur la réaction qu’ont eue ses coéquipiers, ainsi que son entraineur Sergio Conceiçao : « Mes coéquipiers n’ont pas compris sur l’instant, et ont essayé de calmer pour pas que je fasse une grosse faute. Mais dès que j’ai dit que ce n’est pas possible, ils ont compris (…) Mon coach, lui, a eu la réaction que j’attendais. Il a essayé de tout faire pour me calmer. Mais il était d’accord pour que je sorte. » Il n’a, en revanche, pas aimé les propos tenus par le président du club adverse : « Le président dit que je les ai provoqués. C’est bête. Il veut se mettre les supporters dans la poche. Ça a commencé dès l’échauffement. »

Enfin, l’ex-joueur d’Amiens a livré son avis sur le combat contre le racimse qui est mené sur les différentes pelouses européennes : « On aimerait tous que les matches s'arrêtent : il faudrait un geste fort de la part des arbitres, de la part de la Ligue. Pour moi, tout ce qui est slogan comme « No Racism », c’est n’importe quoi. C’est juste pour les photos et ça ne sert à rien du tout. »


source: SportMob
Nouvelles connexes