logo

OM - Rongier : "Pour moi c'est l"endroit idéal"

Sat 14 December 2019 | 13:39

Arrivé début septembre à Marseille, le milieu de terrain s'est très bien adapté, au point de devenir un élément important de l'équipe de Villas-Boas.

L'olympique de Marseille se déplace à Metz ce samedi (17h30) avec l'ambition de poursuivre sa très bonne série de six victoires consécutives. Pour cela, André Villas-Boas comptera une nouvelle fois sur Valentin Rongier, qui s'est imposé comme un élément moteur du collectif olympien depuis son arrivée.

"Pour moi, l’OM est l’endroit idéal. C’est un club français, il n’y a pas la barrière de la langue. En plus, l’équipe tourne bien et la dynamique est bonne, ce qui permet de s’acclimater plus facilement. Et puis le groupe m’a super bien accueilli", a confié l'ancien nantais dans une interview accordée à La Provence.

"Je suis resté à ma place"

Celui qui est arrivé sur la Canebière comme joker au lendemain de la fermeture du mercato a également évoqué son intégration dans le groupe. "Je sais comment fonctionne un groupe, comment il aime accueillir un nouveau et ce qu’il n’aime pas qu’un nouveau fasse.

OM, Rongier : "Le transfert à l'OM, c'était un sketch"

J’ai essayé de me comporter en tant que professionnel. Je suis resté à ma place et j’y reste encore aujourd’hui. J’ai fait ça doucement, ça s’est bien passé. Quand tu as des champions du monde en face de toi, il faut les respecter, sans oublier de respecter tout le monde.

"Quand tu arrives ici, tu ne sais pas trop où tu mets les pieds. À Nantes, je connaissais tout le monde, j’étais capitaine de l’équipe. C’est complètement différent. J’ai été très agréablement surpris par la qualité du groupe de l’OM sur le plan humain, au-delà du sportif."

Enfin, Valentin Rongier a également tenu à remercier André Villas-Boas pour la manière dont il l'a intégré progressivement à la rotation, avant qu'il ne s'impose comme un véritable titulaire dans le milieu marseillais.

"On ne sait pas comment ça se serait passé s’il m’avait titularisé dès le premier match. Il me donne de la liberté, ce que j’aime. Il ne met pas de pression particulière. On est cadrés, il nous donne les clés pour réussir le match, mais on est libres. Si je pars en profondeur, il ne va pas me crier dessus en me demandant de rester dans ma zone. Nous, les joueurs, on adore ça."


source: SportMob
Nouvelles connexes